samedi 24 novembre 2012

Bernard PALISSY

Esprit curieux, chercheur intrépide, calvanisme ardent, Bernard PALISSY (1510-1590) a donné, dans de très intéressants dialogues, l'histoire de ses épreuves et de ses découvertes.

Sur les sciences naturelles, il a formulé des hypothèses aussi neuves qu'ingénieuses pour le XVIème siècle (origines des fossiles, etc).



Bord de feuille avec piquage à cheval 


Les timbres à l'effigie de Bernard PALISSY sont des vignettes expérimentales.

Ces vignettes ont été émises en feuilles, roulettes et carnets. Elles ont servi à des essais de couleur, de distributeurs de carnets, de roulettes, de trieuses automatiques, de marquage phosphorescent, et même pour les cours d'instruction des PTT.



Carnet de 5 timbres pour distributeur



Piquage à cheval



Variété "au sapin"



Démonstration d'indexation



samedi 17 novembre 2012

Le service des colis postaux à Colmar (1918/1940)

En France, les colis postaux étaient gérés par l'administration des chemins de fer. En Alsace et en Moselle fut conservé le régime mis en place sous l'occupation allemande, à savoir une gestion directe par l'administration des postes. 

L'affranchissement était apposé non sur le colis lui même mais sur un bulletin d'expédition qui voyageait séparément. Ce bulletin comprenait (sur sa partie gauche) un coupon détachable destiné à être remis au destinataire du colis.



Bulletin d'un colis postal pour Lausanne (Suisse) avec coupon
non détaché, timbre à date de Colmar du 15 octobre 1919


Le reste du bulletin était conservé par le bureau de poste destinataire, comme moyen de preuve de la distribution du colis (le destinataire signait au verso du bulletin). Ces bulletins étaient ensuite destinés à la destruction.



Timbre fiscal


A partir du 15 août 1920, la taxe était décomposée en une taxe postale et une taxe fiscale. Un timbre fiscal spécial pour les colis postaux d’Alsace Moselle fut émis en 1924.

Il existait plusieurs tarifs postaux : un pour le trafic interne à l'Alsace-Moselle, un pour les relations avec le reste de la France ainsi que des tarifs pour l'étranger.



Étiquette "port dû"


Les bulletins pouvaient, à une certaine époque, être expédiés en port-dû, c'est à dire que la taxe d'affranchissement était payée par le destinataire. Dans ce cas, le port était calculé sur une petite étiquette de couleur bleue collée par le bureau expéditeur.

Les timbres-poste d'une valeur faciale supérieure à 3 francs étaient, en principe, perforés avant d'être collés sur les bulletins d'expédition. 



Colis postal contre-remboursement dont le timbre à 10 F est perforé


Diverses taxes accessoires étaient possibles : envoi contre remboursement (étiquette orange de forme triangulaire) et envoi en valeur déclarée notamment. 



Étiquette "valeur déclarée"


Lorsque le destinataire était absent, ce dernier était invité à venir retirer lui-même le colis au bureau de poste. Une taxe de magasinage était calculée en fonction de nombre de jours écoulés entre la date de la première présentation et la date de retrait du colis.



Bulletin de droits de magasinage (droit par jour = 0,25 fr.)


Lorsqu'un colis postal était entre les mains des préposés du bureau de poste destinataire et que le bulletin d'expédition correspondant n'était pas encore arrivé (ils voyageaient séparément), les postiers procédaient sans délai à la distribution du colis mais après avoir établi un bulletin d'expédition de fortune.

Ce bulletin de fortune, appelé "bulletin d'expédition suppléant" était un formulaire de couleur rose, qui était archivé quelques jours plus tard avec le bulletin d'expédition d'origine.



Bulletin d'expédition suppléant


Les administrations avaient la possibilité d'expédier des colis en franchise postale par abonnement, une autre spécificité à l'Alsace et à la Moselle.




samedi 10 novembre 2012

La franchise militaires des blessés de guerre

Dans sa note du 25 avril 1946, l'Administration des P.T.T. rappelle que le décret du 25 février 1946 qui a modifié le régime de la franchise militaire n'a pas eu pour effet d'abroger les dispositions des articles 2 et 3 de la loi du 30 mai 1871 suivant lesquels la franchise des troupes en campagne est maintenue aux militaires et marins blessés pendant tout le temps qu'ils demeurent dans les hôpitaux.

Dans ces conditions, les anciens prisonniers de guerre non démobilisés qui étaient considérés comme militaires continuaient à bénéficier, comme par le passé, de la franchise postale pour les lettres simples qu'ils expédiaient ou recevaient pendant toute la durée de leur séjour dans les hôpitaux et, par extension, dans les sanatoriums.



Enveloppe en franchise militaire avec cachet "Franchise militaire - Lettre expédiée par un militaire en traitement au Sanatorium Résistance - Le Médecin Chef" et timbre à date "POSTE AUX ARMEES" du bureau postal militaire 510 d'Offenbourg (19 janvier 1948)


Le bénéfice de cette mesure avait, par ailleurs, été étendu aux déportés politiques hospitalisés à leur retour d'Allemagne.

Les plis émanant des intéressés devaient, pour bénéficier de la franchise, porter extérieurement le nom de l'expéditeur suivi de l’indication : "ancien déporté ou ancien prisonnier blessé ou malade - hôpital de ...". Cette mention devait être authentifiée par la signature du directeur ou du médecin-chef de l'hôpital.



Enveloppe en franchise militaire avec cachet "FRANCHISE POSTALE (Art. 2 - loi du 30.5.71) - Malade de Guerre en traitement Hôp. Aux C.R.F. "TUNISIE" Le Gestionnaire M. LYONNET - S.P. 58453 - B.P.M. 517 A" et timbre à date "POSTE AUX ARMEES" du bureau postal militaire annexe 517 A de Badenweiler (02 mai 1950)


L'exemption de taxe était acquise pour les plis qui leur étaient adressés par l'indication, dans l’adresse, de la qualité de "ancien déporté politique ou d’ancien prisonnier de guerre en traitement suivie de la désignation de l'hôpital.



Carte postale en franchise militaire adressée à un "Ex P.G. en traitement au Sana Libération SP 58.451 BPM 517" avec oblitération mécanique de la recette principale de Versailles (1947)


Les correspondances dont il s'agissait en provenance ou à l'adresse d'établissement hospitaliers situés dans les territoires occupés devaient, de plus, être acheminées et traitées par les soins exclusifs de la poste militaire française, sans aucune intervention de la poste allemande.

Cette franchise militaire très spéciale n'a pas seulement existé après la Seconde Guerre mondiale : elle a également été mise en œuvre suite aux guerres d'Indochine et d'Algérie.

lundi 5 novembre 2012

Timbres Passion 2012 à Belfort - le palmarès



Plusieurs membres de l'Amicale Philatélique et Marcophile Colmarienne ont participé au championnat de France de philatélie thématique THEMAFRANCE IX à l'occasion de "Timbres Passion 2012" à Belfort.

Le palmarès est le suivant :

- Robert BOUSSARD : "La bicyclette"médaille de vermeil (80 points)

- Jean-François DURANCEAU : "Le trou"médaille d'or (90 points)

 - Gabriel FRICK : "Les sciences criminelles" : médaille de grand-vermeil + félicitations du jury  (86 points)




- Michel FRICK : "Le droit de vote"médaille de grand-vermeil + félicitations du jury (87 points)

- Christophe GEORGE : "Les coeurs blancs de la terre, de la conquête à la vie aux pôles"médaille de grand-argent (75 points)

- Marie-Ghislaine PORTE : "De fil en aiguille"médaille de vermeil (80 points)




- Cédric REMY : "Le temps"médaille de grand-vermeil + félicitations du jury (86 points)

- Jacques ROTHENBURG : "Moi, l'aigle"médaille de vermeil (83 points)

- Bernadette ROUCH : "La forêt"médaille de vermeil (80 points)


Toutes nos félicitations à ces exposants plus que méritants !!




Mireille HUCHET, conseiller régional à la jeunesse et membre de l'APMC,
tenant le stand d'animation jeunesse de "TIMBRES PASSION 2012"