samedi 12 novembre 2011

La poste à Colmar à partir de la création des départements

Lors de la création des départements, l’Administration des Postes fait graver pour tous les bureaux de poste des cachets reprenant le numéro de département (le n° 66 est attribué au Haut-Rhin).

Ces timbres seront utilisés à partir du 1er janvier 1792.

On distingue trois types de timbres :

- les timbres pour les lettres en port dû, "66 / COLMAR" dont la taxe est payée par le destinataire. Sept tampons différents ont été utilisés entre de 1792 à 1831. Ceux-ci se distinguent nettement par leur taille.



Lettre du 7 janvier 1810 pour Paris avec taxe manuscrite de 7 décimes, port de la lettre simple expédiée à 400/500 km (tarif du 24 avril 1806)


- les timbres de port payé par l’expéditeur, qui comportent en plus les initiales "PP". Quatre tampons différents se succèderont. La frappe était presque systématiquement réalisée avec de l’encre rouge jusqu’en 1802, plus épisodiquement de 1802 à 1820.



Lettre du 19 Floréal An 7 (8 mai 1799)


A partir de 1821, les marques postales de port payé sont toujours de couleur noire.



Timbre "P.66.P./COLMAR" sur pli de Turckheim du 6 mai 1822


- les timbres de déboursé pour les lettres non distribuables. Un premier timbre de détaxation a été utilisé de 1792 à 1810 environ, sans indication du département et sur une ligne : "DEB : DE COLMAR".



Lettre de Besançon de 1802 au maire de Porentruy,
acheminée par erreur à Colmar
Timbre de détaxation "DEB : DE COLMAR" en rouge.


Le numéro de département est intégré dans un nouveau timbre, en service de 1810 à 1831. Les deux cachets sont connus frappés en rouge ou en noir, toujours au verso des lettres.





Lettre de paris du 21 septembre 1816 adressée à
"Dambach par Colmar" acheminée par erreur à Colmar
Timbre de détaxation frappé en noir.


Les lettres chargées portent en plus du timbre de port payé un cachet ovale avec la mention "Chargé". La lettre chargée telle qu’on la considérait à l’époque était une lettre dont le contenu, sans valeur vénalement précieuse, était assuré. Elles étaient taxées au double du port normal.



Les administrateurs du département bénéficiaient de la franchise postale. Cette franchise était matérialisée sur les lettres par une griffe "dept. du ht. rhin" généralement frappée en noir, exceptionnellement en rouge.



Lettre du 27 février 1795 adressée à la Commission de secours à Paris. Le bénéfice de la franchise est lié à la qualité du destinataire. En effet, la franchise du département est limitée à son étendue. Griffe frappée en rouge.


Avec la création des préfets en 1800, cette franchise leur revient (pour les correspondances adressées à l’intérieur du département) et une nouvelle griffe de contreseing est mise en service au début du mois d’août 1800 : "Préfet / Dépt. du haut Rhin".



Lettre du Préfet du Haut-Rhin adressée à l'évêque du diocèse de Strasbourg, taxée 3 décimes car expédiée à l’extérieur du département.


La franchise postale a également été accordée pendant des périodes plus ou moins longues à de multiples autres titulaires de fonctions électives, judiciaires et autres.

A rechercher également les lettres en franchise du directeur des postes de Colmar, de l’Armée du Rhin et de Moselle ainsi que des administrateurs provisoires du département pendant l’occupation autrichienne de la ville suite aux défaites de l’armée napoléonienne (1813 - 1815).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire